Blog
15 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 35 sur 50!!!

 

Leçon N°35 : AINSI PROSPERE LE MENSONGE , La réflexion de l’homme de bon sens :

 

C’est un système où le cadre ne sachant pas du tout mentir a vraiment bien peu de chance de survie professionnelle. Heureusement, ce type de profil doit être bien peu répandu… Par ailleurs la théorie économique de l’assurance, des contrats et des incitations, affirme que sur les marchés financiers au contraire la vérité ou au moins une certaine vérité ( allant avec la révélation spontanée des valeurs « prises-en-charge » … ] serait beaucoup plus répandue que dans LA_ VIE _QUOTIDIENNE_ # car la pression est telle que les agents seraient obligés de dire ce qu’ils savent ou croient savoir -quitte à ce qu’ensuite les marchés créent de nouveaux contrats afin de couvrir les risques préalablement mal considérés ou couverts : c’est un ETAT _D-ESPRIT_ # dont il est question plus que de VERITE !!!?.

 

11 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 34 sur 50:...!

 

Leçon N°34 : AINSI PROSPERE LE MENSONGE , La réflexion de l'expert en questions juridiques et conflits d'intérêts, du fait de son titre d'économiste à l'ère de la Mondialisation : 

 

La « clef du mystère » ne résiderait-elle pas tout simplement de ce que : sans doute la « constante cosmologique » appliquée à l'espace-temps de cette période de vingt-cinq ans aurait sous-tendu la vision institutionnelle de ladite période ? Enfin, on tenait compte d'un certain sens de l'histoire : c'est-à-dire d'une façon quasiment certaine... on pensait que les marchés ne devraient surtout pas courir le risque de perdre le moindre temps... afin de réaliser cette Révolution ! On a là dans l'ordre d'exposition le solide c'est-à-dire l'approfondissement des strates d'un système avec toutes ses natures de dimensions (légale, historique, humaine, etc.), le liquide, et enfin l'élément gazeux qui manifeste le fait qu'il s'agit bien d'une bulle. La dimension cachée nous semble être cependant la dimension fiscale. Le problème est que peut-être un tel système en aurait été tout simplement dénué... ?

 

Alors en plus de l’utilisation de produits dérivés, marchés dérivés, et marchés spot servant de passerelles pour étendre encore un peu l’espace sur lequel on travaille et donc ses occasions de profits : on se lança dans la course gigantesque aux liquidités en pratique… bien avant même la formalisation officielle de la théorie forgeant doctrine pour les Banques Centrales de recourir au Quantitative Easing (politique consistant à « éteindre le feu » des paniques financières et boursières annoncées en inondant le marché de liquidités pour répondre à n’importe quelle nature de problème que ce soit une fiscale ou marchés-titres d’actions ou options, etc… !!

 

10 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 33 sur 50:...

 

Leçon N°33 : AINSI PROSPERE LE MENSONGE , La réflexion de l'économiste : 

 

Dans un « modèle discret simple », trois paramètres interviennent pour engager la procédure participative de prise de décision : la transaction, l'information préparant la transaction, le cours de bourse.

 

Dans un « modèle discret un peu plus robuste », le grand public intéressé aux questions de management comprendra qu'interviendrait un balancier constitué par la variable « temps ».

 

Il faut faire preuve à la fois de créativité et de rigueur dans la gestion et dans le management aujourd’hui… en effet , c’est un peu comme si l'on était passé d'une économie basée sur la défense de sa position, à un système économique prenant en charge comme activité de base la gestion de sa propre vitesse.

 

09 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 32 sur 50!!!..

Présentation

Dans le rapport de force entre la France et la Suisse durant la seconde guerre mondiale puis la phase de reconstruction, c'est surtout la Confédération helvétique qui impose ses points de vue, alors qu'apparemment elle ne joue pas dans la cour des grandes nations. L'ouvrage décrit les relations de profit entre les deux pays durant la guerre, l'histoire politique de la France d'après-guerre, les raisons du triomphe International de la place financière suisse, et los dessous des mouvements de capitaux et des biens industriels. On voit la Suisse exploiter une position dominante dans le secteur financier pour faire triompher ses desseins. Janick Marina Schaufelbuehl met en lumière dans un récit captivant et précis le rôle joué par l'évasion des capitaux français vers la Suisse, la dépendance structurelle de la France à l'égard de l'industrie helvétique, ou encore la capacité de la Suisse à utiliser la France pour s'Intégrer dans le camp atlantique. La place financière helvétique doit son essor international aux capitaux français. Ce tableau surprenant, documenté et argumenté de manière convaincante, permet de mieux comprendre une étape fondamentale de l'Europe moderne, mais aussi, actualité toujours brûlante, les perpétuelles tensions autour du secret bancaire suisse.

La France et la Suisse ou la force du petit

Évasion fiscale, relations commerciales et financières (1940-1954)

 

Par Janick Marina Schaufelbuehl du même auteur
Année : 2009
P
ages :
442
Collection : Académique

Trois miracles sauvèrent la FRANCE en 1945:

1)

la Résistance avec le Général DA GAULLE , François MITTERRAND , Paul MORAND , PAU MORLAND

2)

le Tour de France,

la

plus grande épreuve sportive et gratuite ouverte au monde entier dans

l'univers des paysages français

de toute beauté

3)

la Suisse a commencé à couvrir

les fluctuations des Banques Centrales dont la

Banque de France

et gérer les comptes des riches français qui voulaient leur argent géré échappée guerre-civile-politique

06 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON-BETBEZE. Leçon 31 sur 50 en même temps:...!

L’euro est mort : vivent le « Franc baguette » et la « monnaie commune » !

 
 

« L’euro est mort », déclare Marine Le Pen dans une vidéo au Parisien ce samedi 29 avril. Il faut en sortir, et indiquer à Bruxelles que la France veut passer de la « monnaie unique à la monnaie commune ». Cette « monnaie (commune) qui ne concernera pas les achats quotidiens mais uniquement les grandes entreprises qui font du commerce international », précise-t-elle. Rien ne sera immédiat : « un an, un an et demi pour organiser un retour concerté à la monnaie nationale », ce qu’elle redira lors de sa confrontation avec Emmanuel Macron.

Deux monnaies : instaurer en France deux monnaies, une interne pour la baguette et une externe pour les échanges, qui deviendrait la « monnaie commune » avec les pays de l’ancienne union, n’est pas nouveau. Pas nouveau… hors de France. L’auteur de cette lettre se souvient de la Chine du SEK, ou de la Russie du « rouble convertible ». Il fallait convertir ses dollars et faire ses achats dans les magasins d’état. Nous voilà très en arrière et dans un tout autre système ! Et ceci n’est pas du tout l’ECU, panier de monnaies entre 1979 et 1998, instrument de stabilisation de ses composantes, mais pas monnaie. On ne payait pas en ECU, les billets ECU n’ont jamais existé.

« Franc baguette » ? Facile en apparence, il n’ira pas de soi. Pourquoi se débarrasser des euros, si pratiques et acceptés partout ? Pourquoi ne pas les garder, pour les bons et mauvais jours ? L’euro a été lancé à 1,2 dollar début 1999. On le trouve à 1,09 aujourd’hui : pas mal. Pas ce qu’on nous dit au FN ? De fait, après son lancement, l’euro a baissé par rapport au dollar (à 0,8 mi-2000), avant de monter à 1,6 en septembre 2008, quand la crise frappait le dollar. Aujourd’hui, il est presque à son niveau de départ. Mieux, calculé par rapport aux principales monnaies et parti de 100 à sa naissance, il est à 95,4 aujourd’hui. Stable, non ?

« Monnaie à l’export » : comment l’utiliser en pratique, puisque l’exportation ne concerne pas seulement les grandes entreprises mais aussi les PME, notamment aux frontières ? Comment va se calculer le change ? On « verra » la dévaluation du Franc. Le prix de la baguette va monter, sauf à en fixer le prix (URSS) ou à la subventionner (Egypte). Alors l’idée va gagner que le Franc est de moins en moins sûr et l’euro plus sérieux.

Inquiet ? Alors achetons des actions américaines ou allemandes, des Apple, des Facebook, des Total ! Pourquoi garder ces assurances-vie en euros, pleines de bons du Trésor français, Trésor qui aura des difficultés à discuter avec ses créanciers extérieurs qui détiennent 60% de la dette française. Et pourquoi garder ce Livret A qui ne rapporte rien : achetons des pièces d’or. Qu’importe si, de proche en proche, le système bancaire et financier s’affaisse, devant la fuite des dépôts ! La monnaie, c’est la confiance.

Pire : nous allons au contrôle des changes. Les Français feront tout pour avoir et garder des euros, tout pour se défaire de leurs Francs. La vieille et vraie loi de Gresham va jouer à plein : « la mauvaise monnaie chasse la bonne ». « La mauvaise » est partout dans les échanges puisqu’elle a chassé la « bonne », sous les matelas ! L’inquiétude monte, la crédibilité s’évanouit, la liberté est menacée.

« Monnaie commune » : ça, c’est la meilleure ! L’euro est la « monnaie de l’Union Européenne ». Elle est commune, parce qu’unique. La sortie de la France de la zone euro serait la fin de la zone. Pour que l’euro soit à proprement parler une « monnaie commune », il faudrait que chaque pays abandonne l’euro et revienne à sa monnaie nationale, ou participe à une zone euro-mark ou encore ancre sa monnaie nationale au nouveau Mark. Le Franc y gagne ?

Mais au fond pourquoi le FN a-t-il changé son programme et repoussé la sortie de l’euro ? Pour faire plaisir à M. Dupont-Aignant ou parce que les Français aiment l’euro ? 72% d’entre eux y tiennent, pour des raisons européennes peut-être, sûrement parce que l’euro résiste dans cette crise mondiale et qu’il freine les velléités dépensières de nos dirigeants. A preuve : plus certains candidats veulent dépenser, 290 milliards sur cinq ans pour Marine Le Pen selon certains calculs, plus ils veulent en sortir !

Dévaluation et inflation plutôt qu’efficacité, rigueur et risque, on voit le courage de cette « solution ». En même temps bien sûr, il faut exalter la nouvelle Europe des nations et la mémoire du Général de Gaulle, histoire de… donner le change.

 

05 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 30 sur 48!!!

 

Leçon N°30 : BOURSE : POURQUOI ON VOUS MENT , La réflexion de l'homme de bon sens : 

 

Il a fallu faire sa place à une information publique plus abondante passant par les médias. Mais il a aussi fallu anticiper une mutation de tout le modèle économique non plus autour de la production : mais de l'information. D'où internet... Donc : information, communication, manipulation deviennent de système...

 

Naturellement, de tels bouleversements n'ont pas été sans quelques drames sociaux. Les Condottieri les plus brillants ont certainement retourné ce système à leur avantage ! La « Perestroïka » peut être russe mais aussi californienne... Inventons donc, alors... la voie européenne !

 

Tous les phénomènes décrits devraient décidément être décrits en termes de l'évolution des mœurs du système capitaliste – on peut penser qu'il s'agit toujours du système capitaliste, mais que ce dernier est devenu de type « patrimonial », plus que : « industriel »… Dans les années 1990’…

 

Puisque beaucoup de Groupes industriels sont rattrapés par des logiques de désindustrialisation de territoires, ce qui entraîne du chômage technique socialement coûteux, et que la concurrence internationale se fait plus rude, il faut désormais souvent penser les stratégies industrielles bien au-delà des frontières nationales... Le banquier peut alors essayer de résoudre la rentabilité et la faisabilité financière de l'ensemble du bouclage du financement de l'entreprise industrielle. C'est donc lui qui maîtriserait les perspectives. Nous comprenons ici ces dernières comme des chaînes de valeur qu'il ne faut pas briser. Ces chaînes de valeurs, nous les verrions désormais plutôt devenues de nature « financière », que de nature productive... Si l'on veut éviter avant tout un risque d'effondrement du marché sur lequel repose la production, il faut s'assurer que le financement soit optimal et compris mondialement... Dans les années 1980’’’ !

 

04 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 29 sur 48:...!

 

Leçon N°29 : BOURSE : POURQUOI ON VOUS MENT , La réflexion de l'expert en questions juridiques et conflits d'intérêts, du fait de son titre d'économiste à l'ère de la Mondialisation :

 

« […) Le banquier (…) C’est donc lui qui maîtriserait les perspectives. Nous comprenons ici ces dernières comme des chaînes de valeur qu'il ne faut pas briser (…). Cela pose cependant des problèmes compliqués (…) les Grandes Entreprises industrielles elles-mêmes se trouveraient de toute façon relativement entravées dans leurs stratégies si des stratégies industrielles européennes ne se dessinaient pas... Et il faut reconnaître que depuis vingt ans, on a eu souvent quelque peine à les deviner ! (…) Cela découle du fait « le cadre s'est retourné ». »

 

 Il faudrait imaginer un cadre pour le financement de « la molécule de base » de l’économie (…) que l'on souhaiterait pouvoir développer… !?

 

03 Mai

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 28 sur 48:...

 

Leçon N°28 : BOURSE : POURQUOI ON VOUS MENT , La réflexion de l'économiste :

 

Normalement, certaines affaires devraient sortir par principe du cadre du jeu boursier : d'un côté ce que l'on appelle « le petit commerce », de l'autre côté les Institutions, le secteur public.

 

Soudainement, tout semble au contraire aller tellement vite que les tailles sont fondues dans un pot commun entraînant de facto de l’ambiguïté, les secteurs économiques se trouvent mélangés dans leur logique au modèle social ou à la création de nouvelles filières et/ou chaînes de valeur qui doivent elles-mêmes découler d’innovations juridiques touchant au financement de l’économie et de nature quasi-fiscale mais pas d’équivalence fiscale à proprement parler : dans ce gap se trouve sans doute la réponse au déséquilibre et elle repose sur une politique industrielle européenne que l’on attend toujours.

 

Dans l’attente, on est emporté par le tourbillon dû à la vitesse des marchés financiers. Le cadre s’est retourné et il faut le remettre à l’endroit contre son gré si nécessaire afin que chacun et chacune retrouve des habitudes d’honnêteté .. !. ?

 

26 Avr

La réforme-révolution _fiscale_mondiale_ ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 27 sur 48!!!

 

 

Leçon N°27 : Le bilan truqué de « Magic » GREENSPAN , La réflexion de l'homme de bon sens :

 

Entre la chute du mur de Berlin en 1989, et le passage à la société organisée autour des réseaux sociaux, il s'est passé environ vingt ans.

 

Ce temps a sans doute été suffisant pour que les États-Unis achètent beaucoup de contrats de propriété intellectuelle. Maintenant, c'est toujours la nouvelle période de soixante ans, soient deux générations, qui très lentement, s’apprêtent à démarrer depuis vingt années déjà...

 

1905 :1965… !

 

25 Avr

La réforme-révolution _fiscale_mondiale_ ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 26 sur 48:...!

 

 

 

Leçon N°26 : Le bilan truqué de « Magic » GREENSPAN , La réflexion de l'expert en questions juridiques et conflits d'intérêts, du fait de son titre d'économiste à l'ère de la Mondialisation – et en géopolitique : 

 

Grâce à la gestion avisée par le Directeur de la FED Alan GREENSPAN de la première crise mexicaine , la création collective suggéra bulle de l’immobilier pousserait bulle obligataire , réaffectant quelques cartes au Vieux Continent , permettant d’amortir la seconde crise mexicaine en face l’œuvre de Georges BATAILLE !!

 

Page 1 sur 5