09 Juil

Preeet-e-s -+++?

 

Epistémologie interne d'un domaine passionnant

 

  • Depuis 1950, se sont accélérées toutes les recherches portant sur croissance et développement économique de long terme. CES RECHERCHES DONNENT A MON AVIS UN DE SES SENS ESSENTIELS A LA SCIENCE ECONOMIQUE , qui est de s'orienter face à l'avenir. Auteurs les plus importants : Robert SOLOW, HARROD, DOMAR, Joan ROBINSON.

  • Plus récemment, un auteur extrêmement important, Robert BARRO.

  • Parallèlement à ces recherches fondamentales, l'économie du développement, souvent assez descriptive, a connu un essor comparable aux recherches fondamentales sus-mentionnées.

  • Un renouveau de l'analyse microéconomique, surtout depuis les années 1970 / 1980 -notamment la théorie des anticipations rationnelles- veut mieux comprendre l'entreprise, qui pourrait ne plus être une boîte noire, en contradiction avec les présupposés néo-classiques.

 

Il s'agit ici d'une note de synthèse assez fouillée pour mettre en avant mon projet d'épistémologie interne de mon activité de scientifique en sciences humaines et sociales qui va me servir de fil conducteur tout-au-long de ma vie , afin de construire des fils précisément entre d'un côté mon domaine d'étude dominant in abstracto Economie Politique , Histoire Monétaire Européenne , Politique de la Banque Centrale , de nombreux autres domaines non exclusifs liés à la Science Economique mais aussi aux Sciences Humaines et Sociales en lien avec la Théorie du Système Mondial et de Cycles Longs: mais aussi plus concrètement la problématique pour donner à ces perspectives que je partage avec nombre de collègues de par le monde , du corps de l'espérance l'espoir d'aller au bout vis-à-vis des implications de cela en termes de Théorie des Organisations : très concrètement je parle ici de la capacité à soi-même être accepté , pouvoir s'intégrer dans une Organisation à laquelle on est a priori appelé à en devenir membre en fonction de son Projet Scientifique mais, si on annonce les choses très franchement , on risque d'avoir de grandes difficultés à être effectivement accepté -l'explication la plus simple même si elle peut paraître caricaturale les sourds antagonismes en termes de lutte entre Classes Sociales et les Conflits "Idéologiques" mais aussi bassement MATERIELS ( accès à un budget permettant de pouvoir travailler dans des conditions à la fois de confort et de sécurité simplement correctes , obtention d'un Statut permettant de pérenniser cette démarche , problèmes liés au Pouvoir des gens installés qui souvent voient d'un très mauvais œil les démarches nouvelles si ils ne parviennent à totalement les contrôler!!!DE

 

 

 

Cette note de synthèse regarde l'épîstémologie interne de mon exploration scientifique annoncée , alors que la prochaine regardera plutôt l'épistémologie externe

 

 

 

les orientations d'investigation épistémologique que je privilégierais :

 

 

 

1) Je préfère tout d'abord indiquer que j'arrête la description d'une évolution historique de la pensée économique au commencement des années 80 , pour des raisons épistémologiques. Ces raisons épistémologiques tiennent à ce que j'appelle la relation économie / gestion.

 

2) Elles peuvent correspondre aussi à la relation économie / finance / gestion.

 

3) J'essaie de me demander si un troisième terme aux principaux facteurs généralement utilisés dans les démonstrations ( valeur-travail vs valeur-utilité , ou facteur / travail V.S. Facteur / capital ) pourrait être un troisième terme issu de la finance ( par exemple une valeur résiduelle comme taux d'escompte ou rente résiduelle notamment ) ou au contraire non issu de la finance ( notablement une valeur socio-technique … ]. En d'autres termes , quelle architecture pourrait adopter notre valeur-organisation ; et munie de cette architecture pourrait-elle ensuite stabiliser tout le dispositif parvenir à une nouvelle théorie de l'équilibre économique , par exemple en servant soit de marge soit de pivot à une série de calculs en chaîne , ou encore en ouvrant une perspective nouvelle des relations entre les notions de rendement , rentabilité , productivité , etc. ( aussi éventuellement profitabilité , intérêt , etc. )

 

4) L'idée-cadre pour poursuivre éventuellement notre raisonnement mathématique calculatoire par un raisonnement informatique programmatique … comment refonder notre vision des relations entre social économique technologique à partir d'une nouvelle conception de la technique dans son lien avec le travail (l'argent) l'économie … que cette conception soit belle ou pas...

 

5) A terme cela pourrait déboucher sur de nouveaux essais en écoles originales comme l'ont tenté la théorie institutionnaliste et la théorie des conventions... notre idée de départ est pour nous moins esthétisante que la théorie des économies de la grandeur, elle est utilitariste mais aussi positionnée par rapport à l'histoire de la pensée économique ; utilitariste mais non utilitaire en clair si on arrive à arrimer un nouveau concept à l'ensemble des représentations déjà existantes , est-ce que nous pourrions prétendre à offrir une vision globale nouvelle de l'économie, où les positionnements précédents entre macro économie , théorie des organisations , micro économie , économie du développement , soient profondément remaniées ? ( si c'est le cas , on passe ensuite notre apport aux philosophes comme aux encyclopédistes , pour qu'il nous en livre toute la « substantifique moëlle »

 

 

 

 

 

Publié dans Economie Logistique