Blog
06 Avr

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 19 sur 48...(...]

 



Bibliographie :

 

 

La façon dont je présente les quelques 50 leçons tirées de mon livre de 2016 est quelque peu rigide , d’une façon dont je ne suis pas encore entièrement sorti et qui engage totalement ma responsabilité personnelle.

 

Depuis toujours j’adopte une approche quelque peu « descendante » des sujets traités : non pas que je me sente « supérieur » en quoi que ce soit vis-à-vis de mon prochain, c’est que j’ai en tête une sorte de schéma logistique utile afin de sortir du labyrinthe ( un « labyrinthe » auquel ressemble de plus en plus la macroéconomie mondiale ) dans lequel je me sens concerné « au-premier-chef » certes, mais qui concernerait à peu près « tout-le-monde… » selon moi car ce serait un moyen commode de résoudre les problèmes liés à la mémoire du système… une sorte de SIMPLEXE pour résoudre des problèmes monétaires…relativement simple là où l’on se croyait par convention obligé de faire compliqué, de séparer les termes deux par deux : MONNAIE & BUDGET, etc. La sortie du tunnel me paraît à la fois encore plus compliquée, mais appeler une modélisation beaucoup plus puissamment structurée qu’elle ne l’est. Oui je comprends qu’écrivant cela on puisse éventuellement me taxer de « Professeur _malicieux_ #

 

Quoiqu’il en soit, voilà les conséquences sur le plan de la présentation : puisque je reprends toujours le même ordre dans la présentation des leçons : économie, questions adressées au droit, « bon-sens » au sens des marchés financiers cad un acteur placé sous forte pression est presque physiquement obligé de déclarer ce qu’il croit être VERITE au MOMENT t : la première leçon je mobilise dans la bibliographie de mon livre publié ce qui me semble devoir concerner directement la leçon du jour, et en même temps interpeller fortement le lecteur afin de réfléchir à ses propres voies pour sortir de son labyrinthe personnel en s’appuyant sur les références suggérées. La deuxième leçon j’effectue un tri logique à partir du premier tri car je me définis d’abord comme économiste et le reste en découle ; enfin dans le troisième cas je me pose moi-même le test suggéré à autrui « essayer-dire-vérité-relative … et toute modeste soit-elle uniquement pour l’exercice PRATIQUE serrer une décision.

 

Il y a donc, par exemple dans la leçon 16, des références qui devraient absolument être précisées en l’occurrence celles de HOLLIS & CHENERY : elles ne le sont pas car je ne les avais pas citées dans mon livre ; toute ma bibliographie était orientée dans un but SORTIR-DU-LABYRINTHE… pour de prochaines éditions j’essaierai de me montrer plus COULANT…..

 

Au contraire, les lecteurs qui auront suivi toutes les leçons comprendront par exemple pourquoi parmi les auteurs français je cite Albert AFTALION, venu de Bulgarie avec sa famille qui travaillait dans le textile un secteur d’industrie légère donc à faibles marges, passa sa thèse en France à NANCY : un des pères tant de la théorie des cycles que de la théorie de l’accélérateur, donc l’un des rares à avoir été « sur-la-frontière-de-l’étincelle-susceptible-de-permettre-le-décollage-de-l’économie » » » # à la fois pour des raisons historiques mais il faut comprendre et cet exemple est symptomatique : de la triple histoire des faits, des idées et du droit parce que à cette époque on commença à définir les T.E.R.M.E.S autorisant à penser l’économie monétaire de façon autonome par rapport à l’économie réelle ou directe : ainsi définir le TAUX D’INTERET comme un PRIX RELATIF au lieu du prix des marchandises qui relèvent de la notion de PRIX REEL. Justement je cite beaucoup d’auteurs bulgares de l’entre-deux-guerres car la Banque de France bien informée utilisa les idées des économistes agrariens surreprésentés à cette époque dans ce pays pour créer des effets financiers, sociaux, d’épargne, afin de prendre en charge pour les familles françaises dans l’immédiat après-guerre tout ce qu’il fallait prévoir dans le cadre du vaste mouvement d’exode rurale qui a bouleversé la sociologie de notre pays, son économie du travail, ou encore ses mœurs… Le mystère ne peut être résolu dès la dix-neuvième leçon, les Britanniques avaient prévu soixante-dix ans avant les Français l’existence du phénomène des Cycles Longs : Hyde CLARCK précédait Albert AFTALION. Grâce au mouvement de YoYo entre faits et idées, on peut quand-même vous promettre que la fin sera vraisemblablement heureuse…   etc.

 

27 Mar

La réforme-révolution fiscale_mondiale ALLAIS-PIKETTY-JOURDON. Leçon 13 sur 46:...

 

 

 

VERS UNE GEOMETRIE FISCALE PARFAITE :…OU _PAS_ # !!!!!!

 

 

 

Le 7 mars dernier, je publiais sur un réseau professionnel , LinkedIn , une courte information au sujet du Tome I de mon livre de 2016 placé leçon après leçon gracieusement sur mon site professionnel (avec à ce stade accès gratuit regardant ce Tome concernant l’analyse des directions que prennent la mathématique du phénomène décrit sur la Planète TERRE depuis une trentaine d’années au moins -et arrivant indéniablement et même institutionnellement en France depuis la crise financière de 2007…]

 

 

 

La réforme-révolution fiscale mondiale et les débats des deux côtés de l'Atlantique

 

Publié le 7 mars 2017

 

 

 

[…) En 1977, Maurice ALLAIS dans "L'impôt et le capital" lançait un CONCOURS: que chaque foyer fiscal propose un " prix fiscal " à ses biens utilisables pour l'exploitation économique ( non pas seulement l'Etat qui d'en haut fixe l'impôt , mais aussi les consommateurs-entrepreneurs-contribuables allant au devant de l'Etat dans un fondu-enchaîné dynamique en vue valoriser le TERRITOIRE ) ; en 2013 Thomas PIKETTY " Le Capital au XXIème siècle " par son succès de librairie extraordinaire y compris aux Etats-Unis montre qu'il n'est pas seulement un brillant économètre , mais aussi un théoricien de première importance en prenant le risque d'un débat certes contestable concernant les inégalités sociales et l'impôt , mais argumenté de façon assez cohérente et structurée, cependant dans un pays la France marqué par une relation historique difficile avec l'argent, il a l'idée géniale de convoquer les grands auteurs de la littérature française qui furent ou sont témoins à divers titres de ce fait structuré quasi-total. Avec mon livre de 2016 paru chez AMAZON, j'estime me placer dans la continuation des deux premiers débats où j'explique la structure géométrique des vraies révolutions fiscales dans notre pays -la prochaine donc également...Cela figure dans le Tome 2. A ce stade je n'envisage de ne mettre en ligne sur mon blog que le Tome 1 qui montre les équations astrophysiques derrière ce que nous vivons tou-te-s.

 

 

 

Ajout de l’auteur le 26 mars :

 

Rappel de la référence du livre, librement consultable en suivant le lien

 

http://jourdon-publications.fr/blog/item/118-la-monnaie-sherpa-des-espérances-economiques-tomei-vacciner-le-fric

 

Ré-ajout de l’auteur le 27 mars :

 

FISCALITE

 

IMPOT

 

CONSENTEMENT A PAYER

 

DONC

 

CE POST A AUSSI SA PLACE DANS NOTRE CATEGORIE ECONOMIE SYMBOLIQUE

 

14 Mar

Des Chiffres & des Lettres:..!

 

Le mouvement de Réforme des Universités dans le monde trouve une résonance particulière en France, où d’aucuns lui reprochent une remise en cause du modèle social français. Ce dernier se fonde sur une séparation stricte entre monde marchand et système d’accès aux droits fondamentaux, ceux-ci symbolisés par la devise «liberté, égalité, fraternité».

 

Le rôle de l’Université en France serait d’abord offrir l’égalité d’accès aux savoirs, d’où découlerait la mission de former les professeurs de l’enseignement secondaire.

 

La participation au marché mondial de la connaissance n’arriverait alors qu’après.

 

Dans un contexte où l’Université est souvent une caisse de résonance des espérances sociales, la Réforme de l’Université en France irait forcément jusqu’à son terme en faisant participer toutes les parties prenantes dans la négociation. L’autonomisation des Universités permettrait à celles-ci de se gérer selon un processus rationnel tourné vers le présent et le futur, et non dans une logique d’urgence permanente qui induit des querelles sans rapport avec la science, ni les humanités véritables. Ainsi peut-on l’espérer: la France sera au rendez-vous de l’Europe de la connaissance!

11 Fév

UNIVERSAL

 

 

Le mouvement de Réforme des Universités dans le monde trouve une résonance particulière en France, où d’aucuns lui reprochent une remise en cause du modèle social français. Ce dernier se fonde sur une séparation stricte entre monde marchand et système d’accès aux droits fondamentaux, ceux-ci symbolisés par la devise «liberté, égalité, fraternité».

 

Le rôle de l’Université en France serait d’abord offrir l’égalité d’accès aux savoirs, d’où découlerait la mission de former les professeurs de l’enseignement secondaire.

 

La participation au marché mondial de la connaissance n’arriverait alors qu’après.

 

Dans un contexte où l’Université est souvent une caisse de résonance des espérances sociales, la Réforme de l’Université en France irait forcément jusqu’à son terme en faisant participer toutes les parties prenantes dans la négociation. L’autonomisation des Universités permettrait à celles-ci de se gérer selon un processus rationnel tourné vers le présent et le futur, et non dans une logique d’urgence permanente qui induit des querelles sans rapport avec la science, ni les humanités véritables. Ainsi peut-on l’espérer: la France sera au rendez-vous de l’Europe de la connaissance!

 

 

 

12 Jan

La réforme-révolution universitaire , partie 1 sur 3 ;-)

 

 

Le mouvement de Réforme des Universités dans le monde trouve une résonance particulière en France, où d’aucuns lui reprochent une remise en cause du modèle social français. Ce dernier se fonde sur une séparation stricte entre monde marchand et système d’accès aux droits fondamentaux, ceux-ci symbolisés par la devise «liberté, égalité, fraternité».

 

Le rôle de l’Université en France serait d’abord offrir l’égalité d’accès aux savoirs, d’où découlerait la mission de former les professeurs de l’enseignement secondaire.

 

La participation au marché mondial de la connaissance n’arriverait alors qu’après.

 

Dans un contexte où l’Université est souvent une caisse de résonance des espérances sociales, la Réforme de l’Université en France irait forcément jusqu’à son terme en faisant participer toutes les parties prenantes dans la négociation. L’autonomisation des Universités permettrait à celles-ci de se gérer selon un processus rationnel tourné vers le présent et le futur, et non dans une logique d’urgence permanente qui induit des querelles sans rapport avec la science, ni les humanités véritables. Ainsi peut-on l’espérer: la France sera au rendez-vous de l’Europe de la connaissance!

 

09 Nov

Pour ou contre l'inflation scolaire?

 

 


 

Dans une première partie, nous verrons que le terme « inflation scolaire » est habilement trouvé. En effet, des preuves de son existence dans la réalité, sont apportées par DURU-BELLAT, ou peuvent être apportées par ailleurs. D’ailleurs, on peut en analyser les causes et les conséquences, et proposer des remèdes, ce qui prouve la force d’explication du terme. Dans une seconde partie toutefois, nous verrons qu’on peut être encore plus subtil, car le vocable d’ « inflation » a une portée explicative limitée, si on ne précise pas le caractère « anticipé » ou « non anticipé » de cette inflation. Car enfin, même si le terme est vrai, son caractère d’explication systématique est limité par le fait que le système scolaire a bien d’autres problèmes plus importants.

Marie DURU-BELLAT, dans un célèbre et récent ouvrage, critique « l’inflation scolaire », malheureuse conséquence d’une méritocratie qui a entraîné une inflation des diplômes dans laquelle tous, parents, enseignants, élèves, se sont laissé prendre. Il s’agit d’une véritable inflation, car chacun se positionne par rapport à cette course aux diplômes, sortes de « titres » déconnectés de la sphère de la société et de l’économie réelle, car ne permettant pas d’atteindre la situation dont la promesse était pourtant contenue dans le titre. 

 

Ce concept est assez riche, car il permet d’analyser un certain nombre d’effets pervers du système éducatif : le repli de ce système dans sa bulle alors qu’au contraire, pour l’auteure, il conviendrait, plutôt que de formations rigides, souvent sans liens avec les besoins de la société, et toujours très hiérarchisées en vertu de critères abstraits, de faire le choix de séparer la formation, ayant un contenu émancipateur de l’individu et de la personne, et la sélection, qui devrait être liée à un projet professionnel. Ainsi, cette analyse nous met aussi sur la voie de la possibilité de distinguer une « inflation non anticipée », qui pose les problèmes dits, et une « inflation anticipée », qui elle ne poserait pas forcément de problèmes insurmontables, car, sous ce vocable, il s’agirait de rien de moins que de faire du système scolaire, et donc de l’Education Nationale, le fer de lance de la société éducative et de la formation tout au long de la vie, avec sa cohorte de problèmes psychologiques nouveaux (liés aux nouveaux âges sociaux), de questions ayant trait aux qualifications, et au vivre ensemble inter générationnel, à résoudre demain...

 

02 Nov

Libre réflexion sur la laïcité ...!

 

Dans ce texte présenté dans un Cercle de Réflexion laïque de NÎMES en 2003 , je m'interroge librement sur le mouvement de l'Histoire , aspects spirituels et côtés matérialistes confondus , croisés , parfois mêlés , et ce que représenterait la notion de laïcité dans un tel horizon voulant faire progresser la conscience humaine au-delà du songe , aux débuts du XXI S et du III M , autour d'une Méditerranée (la plus ancienne.....]

25 Oct

Dialogue Inter Religieux - Libre présentation de l'Islam , 2ème Partie ; - ) . . . ]

 

 

Né dans les années 1960' , baptisé catholique , je me suis naturellement intéressé au dialogue inter religieux induit par Vatican II qui a commencé en 1962 et s'est achevé en 1965: première fois que l'Eglise comme Institution lançait un tel Mouvement Social d'envergure , à l'échelle de la Planète.

 

De plus, il se trouve que la sociologie a un peu commencé par la sociologie des religions. Certes, le vrai fondateur de la sociologie est probablement Ibn Khaldun , puis au début du dix-neuvième siècle, le montpelliérain d'origine et parisien d'adoption Auguste Comte a conçu que la science qu'il appelait SOCIOLOGIE allait restructurer l'ensemble des sciences. Mais avec la multiplication des sociologues de profession, un demi-siècle plus tard, Max Weber ou Henri Bergson ou Emile Durkheim s'y intéressèrent de près.

 

Ma démarche ici est tout-à-fait différente. D'abord démarche de vulgarisation, on peut penser qu'elle n'a pas à ce stade inaugural une ambition scientifique poussée, mais je veux pousser à mon niveau deux directions qui me paraissent importantes: 1) accompagner la démarche des premiers sociologues en insistant sur des aspects juridiques des relations qui n'existaient pas à leur époque car le VIVRE ENSEMBLE n'était pas une réalité comme aujourd'hui; 2) témoin acteur et spectateur engagé de mon époque j'essaie d'induire implicitement un lien sécurisant entre chrétiens et musulmans dans un système implicite des religions du monde. La suite de mon analyse présentera seulement cinq d'entre elles , en partie résumé d'une collection de dix ouvrages parus au Cercle du Bibliophile de Genève dans les années 1960' à l'occasion de Vatican II. Je commence par l'Islam, et présenterai ma démarche au fur et à mesure: mélange d'un résumé honnête, et de quelques accélérations de réflexions personnelles pertinentes: ce qui justifie une certaine liberté dans la forme...   !!!   ??? Ici est ma seconde Partie sur l'Islam:...

18 Oct

Dialogue Inter Religieux - Libre présentation de l'Islam , 1ère Partie ; - )

Né dans les années 1960' , baptisé catholique , je me suis naturellement intéressé au dialogue inter religieux induit par Vatican II qui a commencé en 1962 et s'est achevé en 1965: première fois que l'Eglise comme Institution lançait un tel Mouvement Social d'envergure , à l'échelle de la Planète.

 

De plus, il se trouve que la sociologie a un peu commencé par la sociologie des religions. Certes, le vrai fondateur de la sociologie est probablement Ibn Khaldun , puis au début du dix-neuvième siècle, le montpelliérain d'origine et parisien d'adoption Auguste Comte a conçu que la science qu'il appelait SOCIOLOGIE allait restructurer l'ensemble des sciences. Mais avec la multiplication des sociologues de profession, un demi-siècle plus tard, Max Weber ou Henri Bergson ou Emile Durkheim s'y intéressèrent de près.

 

Ma démarche ici est tout-à-fait différente. D'abord démarche de vulgarisation, on peut penser qu'elle n'a pas à ce stade inaugural une ambition scientifique poussée, mais je veux pousser à mon niveau deux directions qui me paraissent importantes: 1) accompagner la démarche des premiers sociologues en insistant sur des aspects juridiques des relations qui n'existaient pas à leur époque car le VIVRE ENSEMBLE n'était pas une réalité comme aujourd'hui; 2) témoin acteur et spectateur engagé de mon époque j'essaie d'induire implicitement un lien sécurisant entre chrétiens et musulmans dans un système implicite des religions du monde. La suite de mon analyse présentera seulement cinq d'entre elles , en partie résumé d'une collection de dix ouvrages parus au Cercle du Bibliophile de Genève dans les années 1960' à l'occasion de Vatican II. Je commence par l'Islam, et présenterai ma démarche au fur et à mesure: mélange d'un résumé honnête, et de quelques accélérations de réflexions personnelles pertinentes: ce qui justifie une certaine liberté dans la forme...   !!!   ???

11 Oct

A la rencontre de l'islam

Une rencontre: une rencontre... une rencontre!!!!

 

 

Une génération ou deux après Vatican II (1962) et alors que le Pape Benoit XVI semble adoucir certaines de ses positions en ce qui concerne des problématiques socialement sensibles aujourd'hui – notamment la question du préservatif pour des raisons d'hygiène et de sécurité, et aussi les questions liées à la sexualité d'une façon plus générale, et les scandales liés aux affaires de moeurs secouant l'Eglise Catholique – plus en accord avec le brillant théologien qu'il est aussi et son rôle dans le Processus ci-dessus nommé Vatican II, que la position politique assez fermement normée qui fut la sienne récemment... nous nous demanderions bien volontiers si d'autres questions, telles l'inter générationnel, les médias, la société du métissage, ne devraient pas aussi nous inciter à proposer un nouveau cycle de réflexions et questionnement autour du fait religieux, la sociologie du religieux, la sociologie du dialogue inter religieux et inter Civilisations...

 

18 Jui

cycles longs monétaires de 1980 à 2064

JOURDON CONSEIL est le résidu juridique de vingt années de cours donnés, conseils en développement prodigués, recherches et publications scientifiques. JOURDON CONSEIL est à l'intersection : 1) d'une activité puisant ses racines dans des perspectives créées dans le contexte des Processus de Construction Européenne projetant nos compétences en Management Stratégique, en Économie Institutionnaliste, ceci dans un réseau de Chercheurs mondialement connus travaillant sur le Système Mondial, Cadre Général où nous positionnons notre Théorie des Cycles Longs Monétaires ; 2) d'un repère générateur anticipé approximatif: origine d'une nouvelle vitesse de croisière pour tous les Acteurs concernés. Muni de cette nouvelle BOUSSOLE - le compte SIRET de JOURDON CONSEIL existe depuis 1999 - JOURDON CONSEIL élargit aujourd'hui son approche à JOURDON DEVELOPPEMENTS qui, dans le Cadre du Dialogue des Civilisations au XXI S, devrait pouvoir conseiller sur différents aspects contractuels d'un certain nombre de négociations en cours (notamment par exemple en Europe de l'Est...] tout en continuant à avancer sur les terrains de la défense Juridique, la traduction Scientifique, etc.