Blog
11 Oct

A la rencontre de l'islam

Une rencontre: une rencontre... une rencontre!!!!

 

 

Une génération ou deux après Vatican II (1962) et alors que le Pape Benoit XVI semble adoucir certaines de ses positions en ce qui concerne des problématiques socialement sensibles aujourd'hui – notamment la question du préservatif pour des raisons d'hygiène et de sécurité, et aussi les questions liées à la sexualité d'une façon plus générale, et les scandales liés aux affaires de moeurs secouant l'Eglise Catholique – plus en accord avec le brillant théologien qu'il est aussi et son rôle dans le Processus ci-dessus nommé Vatican II, que la position politique assez fermement normée qui fut la sienne récemment... nous nous demanderions bien volontiers si d'autres questions, telles l'inter générationnel, les médias, la société du métissage, ne devraient pas aussi nous inciter à proposer un nouveau cycle de réflexions et questionnement autour du fait religieux, la sociologie du religieux, la sociologie du dialogue inter religieux et inter Civilisations...

 

18 Sep

Science de l'organisation , théâtres et keynésianismes

 

 

Trois quarts de siècle après les débuts de mise en place de politiques keynésiennes dans le monde , je m'interroge sur la dimension anthropologique de ce phénomène et pense pouvoir affirmer que les questions des retraites , de la convivialité du lien social dans le cadre du Vivre-Ensemble , sont un résultat d'une tendance cachée derrière le keynésianisme et qui pourrait être considérée comme sa dimension d'organisation sociale induite, apte à pousser en avant de manière plus ou moins dynamique une série d'accélérations nourrissant une véritable dimension théâtrale , en parfait et relativement constant processus de renouvellement...

Il y aurait en fait quelque racine commune à BEVERIDGE et sa notion d'Etat-Providence et à KEYNES et son projet de contribuer à une gestion plus rationnelle des marchés financiers , que HERMANN (2016) place en évidence... Et il y aurait là derrière une nouvelle approche en théorie de la SOMMATION , révolutionnaire depuis l'approche par la partie double introduite par Luca PACCIOLI aux beaux temps de VENISE... En fait, KEYNES bien compris aurait été un inspirateur puissant pour édifier en temps de Paix , non seulement les outils de la Comptabilité Nationale , mais aussi Comptabilité du Patrimoine , Comptabilité de l'Entreprise Privée , et Comptabilités des Familles ... et nous devrions y penser toujours plus!

Finalement, au-delà de la fameuse distinction de KEYNES entre réel , nominal , monétaire , je crois -trop naïvement sans doute-  ,que si on replace KEYNES ( même au-delà du théâtre des mœurs qu'il appréciait cf. le Groupe de BLOOMBURY ) du côté des sciences humaines davantage que le restreindre à la seule science économique : en fait le réel chez KEYNES devrait être compris comme la dimension théorique elle-même , toujours à améliorer comme on règle le moteur d'une voiture sophistiquée: dans ce théâtre vivant à vocation post-moderne , MARX et SHAKESPEARE tous deux recherchent GODOT ... plus prosaïquement l'article traite de l'organisation comme tendance cachée derrière ce théâtre et dévoilant la machinerie de l'apport keynésien tel qu'il continue à se dévoiler et produire ses richesses longtemps après l'époque agitée qui le vit éclore:... ;-+++??? 

31 Juil

Partez -+++?

 


Epistémologie externe de l'économie:


En guise de conclusion partielle comme épilogue des trois notes de synthèse dédiées à Rose de PICARDIE et Blonde d'AQUITAINE , il s’agissait pour moi de poser les éléments d’un cadre interne en termes de théorie des organisations, à mon approche de l’Economie Politique.

 

Ce cadre interne doit aider chacun-e à se mobiliser ainsi que ses ressources, pour se réaliser dans la Société et l’Economie de la Connaissance au XXI S.

 

Il vise à prévoir des passerelles qui ne paraissaient pas être déjà prévues, pour combler les manques criants du cadre existant ( par exemple le gap dramatique entre les promesses faites pour le processus Construction Européenne par nos dirigeants, et le sentiment de résultats décevants notamment en direction des nouvelles générations )

 

Indépendamment de ma biographie personnelle qui m’a fortement incité à démarrer cette réflexion complémentaire à mon œuvre en Economie Politique, Histoire Monétaire de l’Europe… bien sûr il s’agit de ma propre voie en ce domaine qui empruntera naturellement à la Théorie des Organisations, à la Théorie Economique Institutionnaliste, à l’Ecole des Conventions, à de nombreuses autres branches encore… pour renforcer l’Economie Politique afin la munir des acquis scientifiques récents de la pédagogie, la psychologie évolutionniste, diverses méthodes et divers outils de la médiologie mais surtout des différentes branches de l’informatique et / ou des sciences de la décision.

 

Cela pourrait idéalement en parallèle avec ma carrière d’enseignant, déboucher sur une innovation majeure : une théorie du taux d’intérêt non pas issu de quelque émanation sui generis du marché, mais au contraire internalisé dans la nouvelle organisation à partir de sa définition même… comme architecture adaptée au XXI S et l’Europe…..

 

 

 

Mille excuses car sous la pression de cette aventure intellectuelle qu’est l’écriture associée à la recherche et à un projet en partie philosophique , mille détails y compris de la vie quotidienne interfèrent dans le processus et , afin aussi de ne pas blesser ou choquer inutilement , on adopte parfois la solution de secours ou solution par défaut visant à ne pas rendre un travail parfait ( aussi pour ne pas se le faire voler trop facilement avant de l’avoir dûment protégé juridiquement ) … C’est pourquoi je suis parfaitement conscient que cette troisième note de synthèse est la moins bien écrite des trois , tant du point de vue du style que de l’orthographe … Merci quand-même pour avoir apporté temps , effort , etc. à me lire !;-)

 

09 Juil

Preeet-e-s -+++?

 

Epistémologie interne d'un domaine passionnant

 

  • Depuis 1950, se sont accélérées toutes les recherches portant sur croissance et développement économique de long terme. CES RECHERCHES DONNENT A MON AVIS UN DE SES SENS ESSENTIELS A LA SCIENCE ECONOMIQUE , qui est de s'orienter face à l'avenir. Auteurs les plus importants : Robert SOLOW, HARROD, DOMAR, Joan ROBINSON.

  • Plus récemment, un auteur extrêmement important, Robert BARRO.

  • Parallèlement à ces recherches fondamentales, l'économie du développement, souvent assez descriptive, a connu un essor comparable aux recherches fondamentales sus-mentionnées.

  • Un renouveau de l'analyse microéconomique, surtout depuis les années 1970 / 1980 -notamment la théorie des anticipations rationnelles- veut mieux comprendre l'entreprise, qui pourrait ne plus être une boîte noire, en contradiction avec les présupposés néo-classiques.

 

Il s'agit ici d'une note de synthèse assez fouillée pour mettre en avant mon projet d'épistémologie interne de mon activité de scientifique en sciences humaines et sociales qui va me servir de fil conducteur tout-au-long de ma vie , afin de construire des fils précisément entre d'un côté mon domaine d'étude dominant in abstracto Economie Politique , Histoire Monétaire Européenne , Politique de la Banque Centrale , de nombreux autres domaines non exclusifs liés à la Science Economique mais aussi aux Sciences Humaines et Sociales en lien avec la Théorie du Système Mondial et de Cycles Longs: mais aussi plus concrètement la problématique pour donner à ces perspectives que je partage avec nombre de collègues de par le monde , du corps de l'espérance l'espoir d'aller au bout vis-à-vis des implications de cela en termes de Théorie des Organisations : très concrètement je parle ici de la capacité à soi-même être accepté , pouvoir s'intégrer dans une Organisation à laquelle on est a priori appelé à en devenir membre en fonction de son Projet Scientifique mais, si on annonce les choses très franchement , on risque d'avoir de grandes difficultés à être effectivement accepté -l'explication la plus simple même si elle peut paraître caricaturale les sourds antagonismes en termes de lutte entre Classes Sociales et les Conflits "Idéologiques" mais aussi bassement MATERIELS ( accès à un budget permettant de pouvoir travailler dans des conditions à la fois de confort et de sécurité simplement correctes , obtention d'un Statut permettant de pérenniser cette démarche , problèmes liés au Pouvoir des gens installés qui souvent voient d'un très mauvais œil les démarches nouvelles si ils ne parviennent à totalement les contrôler!!!DE

 

 

 

Cette note de synthèse regarde l'épîstémologie interne de mon exploration scientifique annoncée , alors que la prochaine regardera plutôt l'épistémologie externe

 

 

 

les orientations d'investigation épistémologique que je privilégierais :

 

 

 

1) Je préfère tout d'abord indiquer que j'arrête la description d'une évolution historique de la pensée économique au commencement des années 80 , pour des raisons épistémologiques. Ces raisons épistémologiques tiennent à ce que j'appelle la relation économie / gestion.

 

2) Elles peuvent correspondre aussi à la relation économie / finance / gestion.

 

3) J'essaie de me demander si un troisième terme aux principaux facteurs généralement utilisés dans les démonstrations ( valeur-travail vs valeur-utilité , ou facteur / travail V.S. Facteur / capital ) pourrait être un troisième terme issu de la finance ( par exemple une valeur résiduelle comme taux d'escompte ou rente résiduelle notamment ) ou au contraire non issu de la finance ( notablement une valeur socio-technique … ]. En d'autres termes , quelle architecture pourrait adopter notre valeur-organisation ; et munie de cette architecture pourrait-elle ensuite stabiliser tout le dispositif parvenir à une nouvelle théorie de l'équilibre économique , par exemple en servant soit de marge soit de pivot à une série de calculs en chaîne , ou encore en ouvrant une perspective nouvelle des relations entre les notions de rendement , rentabilité , productivité , etc. ( aussi éventuellement profitabilité , intérêt , etc. )

 

4) L'idée-cadre pour poursuivre éventuellement notre raisonnement mathématique calculatoire par un raisonnement informatique programmatique … comment refonder notre vision des relations entre social économique technologique à partir d'une nouvelle conception de la technique dans son lien avec le travail (l'argent) l'économie … que cette conception soit belle ou pas...

 

5) A terme cela pourrait déboucher sur de nouveaux essais en écoles originales comme l'ont tenté la théorie institutionnaliste et la théorie des conventions... notre idée de départ est pour nous moins esthétisante que la théorie des économies de la grandeur, elle est utilitariste mais aussi positionnée par rapport à l'histoire de la pensée économique ; utilitariste mais non utilitaire en clair si on arrive à arrimer un nouveau concept à l'ensemble des représentations déjà existantes , est-ce que nous pourrions prétendre à offrir une vision globale nouvelle de l'économie, où les positionnements précédents entre macro économie , théorie des organisations , micro économie , économie du développement , soient profondément remaniées ? ( si c'est le cas , on passe ensuite notre apport aux philosophes comme aux encyclopédistes , pour qu'il nous en livre toute la « substantifique moëlle »

 

 

 

 

 

19 Jui

A - vos - marques -+++?

Direction 1 :

Au début de l' histoire de l'économie, quelques-uns de ses initiateurs réalisent des ouvertures majeures : - ) . . . ]

Direction 2 :

On peut légitimement se demander quelles ont été les avancées de la discipline économique depuis KEYNES. Elles furent riches, mais ne permettant pas forcément de dépasser le paradigme keynésien sur la consommation, la monnaie, les trois (3) sphères : Sociale, Monétaire, Réelle !!!

Direction 3 :

[...) la notion de valeur-organisation (...) venue à l'esprit de Philippe JOURDON ?

14 Jui

Les effets de seuil juridiques appellent à un Nouveau Royaume-Uni dans une Nouvelle Union Européenne : conservons les nuages insulaires et poétiques mais refusons le Brexit !

Paradoxalement, c’est une question de cohésion territoriale avec tous les effets induits sur le fonctionnement que l’on espère positif de l’économie (la solidarité territoriale paraît de plus en plus essentielle à la manifestation de la confiance entre acteurs à l’ère numérique, les liens numériques appelant en effet à des créations en contrepartie de liens réels, territoriaux) : qui nous fait redouter le Brexit comme on pourrait redouter un des Cavaliers de l’Apocalypse.

En effet, l’enjeu de la finance et de la monnaie dans ce rendez-vous est très important est regarde l’importance mondiale toujours bien présente de la City londonienne dans de telles affaires… Or, Londres est cette Ville-monde (au sens de Fernand BRAUDEL, qui s’est construite par la convergence de tous les canaux qui aboutissaient dans cette immense agglomération). Je pousserais mon « bouchon » personnel jusqu’à affirmer qu’au XXI S il faudrait élargir cette approche, « l’endogénéiser » dans l’UE, plutôt que de replier dans un territoire insulaire à l’histoire glorieuse mais qui n’a rien à craindre de l’Europe, au contraire tout à lui apporter et presque tout à en recevoir. Dans ma vision personnelle, la Manche et le Sud de la Mer du Nord sont aussi des canaux… Ainsi, la question de la « banane » structurant le moteur économique européen – qui on le sait part en effet de Londres pour aller jusque Milan en passant par le Benelux, la Rhénanie et la Suisse – se pose aussi de façon nouvelle comment y rattacher Paris en conservant sa spécificité néanmoins à Paris , mai faire renaître Londres qui redeviendrait la Ville-monde par excellence parce que aujourd’hui on sait que la bonne finance n’est pas notre ennemie. Au-delà la Manche et la Mer du Nord, via la Meuse, la Moselle, Nancy par exemple où je suis né fait partie de la banlieue londonienne chère à Charles DICKENS.

De plus, au-delà de ces généalogies des droits de propriété concrets des familles européennes – se loger, s’habiller, travailler, vivre… - l’enjeu est mondial, plus que jamais Paris et sa culture, Londres et son mode de vie cool, Francfort et la BCE, Amsterdam, Zürich et son centre ferroviaire (ainsi que Milan) : sont solidaires avec Reims et le sourire de l’ange, ou encore Lille et sa gare ancienne à côté de celle moderne datant de l’époque de l’Eurotunnel… Et même, aussi loin que porte ce rêve, on peut penser à une solidarité implicite, préconsciente, irrésistible, entre par exemple les axes Amsterdam-Montpellier ( villes de tailles comparables , très dynamiques ) et Barcelone-Paris (patrie de CERDA l’inventeur du mot « urbanisme », et les conurbations qui utilisent cet urbanisme pour rayonner au niveau mondial).

C’est que Georges MODELSKI décrit la nouvelle situation mondiale comme le moment unique dans l’histoire humaine où à la fois plus de 50% des peuples et plus de 50% des Etats fonctionneraient selon des règles considérées comme démocratiques – ce qui n’était jamais arrivé… Mais il faut rajouter aussi la condition d’une gestion des infrastructures au service du développement humain : plus de 50% des humains habitent désormais dans les villes connectées, où on peut à la fois cultiver un particularisme et même une forme d’esprit « village », tout en vivant les débats culturels, les progrès, les espérances…

Il y a un effet de seuil donc où les droits financiers, les droits territoriaux, les droits sociaux doivent converger dans une même direction : la stabilisation de la plateforme « Union – Européenne » au service de ce qu’il faut espérer être la stabilité mondiale réalistement atteignable… D’ailleurs, cette analyse sur le rôle des infrastructures rejoint pour le cas d’espèce du rôle et de la place de ce membre important de l’Union Européenne qu’est le Royaume-Uni : les enseignements de la macroéconomie… Pendant longtemps, l’économie britannique s’est illustrée par un mécanisme de Stop & Go, où les variations autour de l’équilibre des finances publiques était plus amples que dans la plupart des autres pays, parce que le dynamisme exceptionnel de la place financière la City, permettait aussi des rebonds exceptionnels. Mais depuis quelques années, voire, une ou deux décennies, cette capacité de rebond s’est émoussée, car pour des raisons de confiance, il faut une certaine convergence pas seulement juridique, comptable, financière, mais aussi monétaire, fiscale, sociale…

Ma deuxième idée importante est que loin de l’idée d’un repli supposé salvateur autour des six nations fondatrices de la Communauté Economique Européenne France, Allemagne, Italie, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, aujourd’hui pour garder stabilité de l’expérience mais aussi retrouver le dynamisme de la jeunesse, il faudrait neuf pays qui permettrait de conserver une capacité de rebondissement exceptionnel (inspirée du célèbre droit d’initiative de la Commission Economique Européenne) pour utiliser des angles qui ont tant compté en relation avec l’histoire de l’Europe depuis l’an 1000 (pour reprendre un repère de date qui fait sens par rapport aux statistiques de la croissance, notamment celles de MADDISON) : ajouter Pologne, Espagne, Royaume-Uni. Mais je suis parfaitement conscient que ma proposition tomberait à l’eau si le Royaume-Uni optait pour la solution du Brexit, puisque ce que je propose implique on peut le comprendre au contraire aller plus loin en fait l’enjeu était que le Royaume-Uni adopte l’euro à moyen terme.

« I know I am a dreamer… but I am not the only one ! » En fait c’est la solution pour que Royaume-Uni et France convergent dans leurs vues sur les évolutions au Moyen Orient, contrairement à ce qui s’était passé il y a exactement un siècle au moment où les frontières des pays du Moyen Orient se sont décidées d’abord par la France et le Royaume-Uni, puis, « derrière en protection », peu après , par les Etats-Unis d’Amérique et la Russie… Au-delà de cet angle extrêmement fermé des questions mais qui est une porte qui aujourd’hui nous regarde avec insistance, toutes les occasions de risques de crise apocalyptique pour l’économie mondiale correspondent à des « attracteurs étranges » liés soit aux frontières soit aux villes, et un sentiment de solidarité territoriale entre Union Européenne et Royaume-Uni, serait un atout inestimable pour les anticiper : la menace du cheval de Troie de l’immobilier qui s’effondrerait en Chine, en lien avec ses voisins coréen et japonais, les relations entre Mexique et Etats-Unis d’Amérique et la question linguistique espagnole en Amérique du Nord (enjeu numéro 1 pour le devenir de l’identité américaine selon Samuel HUNTINGTON), et la troisième génération de la Révolution du monde musulman : quel rêve des villes, de l’horizon social, et de la bonne finance, aurons-nous à proposer.

Bien sûr, je suis conscient que mes propositions sont très discutables. J’essaie de proposer une vision, et j’apprécie que déjà on puisse jouer sur les rêves en suggérant que, depuis l’eurotunnel, le Royaume-Uni déjà n’est plus une île ! Et si le Royaume-Uni pouvait redevenir une île en devenant le nouvel horizon de l’Union Européenne grâce à ses services de conseil sans pareil sur les plans juridiques notamment, mais qui peut-être auraient pu dépasser le jeu des relations financières un tantinet « particulaires » et créer une nouvelle molécule de l’espoir européen, de « la possibilité de l’Union Européenne du XXI S »….. !

07 Mai

Qu'est-ce que le libéralisme économique!?!ed

Le libéralisme est (...) une tradition historique. Elle a inspiré des auteurs qui en ont tiré des conclusions fort différentes. Qu’il s’agisse des fondements philosophiques, du postulat de l’homo oeconomicus, ou de la régulation marchande ou étatique, il s’agit de différences non seulement de degré mais même de nature. L’assimilation du libéralisme au néo-classicisme est en ce qui la concerne très contestable, que ce soit au nom des sources du libéralisme ou au contraire de ses tendances les plus actuelles, ou au nom de la méthode néo-classique elle-même. Aussi, le libéralisme perdure depuis trois siècles tout en changeant de formes. Est-ce alors une « fausse conscience » du capitalisme sur lui-même, ou bien une utopie centrale des économies de marché ? Et s’il est difficile de le dépasser alors, dans le cadre de ce modèle historique, quelles autres formes pourrait-il encore prendre ?

07 Mai

Dans la crise du SME d'août 1993: les spéculateurs... se sont avérés les meilleurs alliés des chômeurs européens!

La position des sept économistes citée (dont les trois prix Nobel MODIGLIANI, SAMUELSON, SOLOW), a le mérite de rappeler que la spéculation n’est pas forcément déstabilisatrice au global. Cependant, considérer les spéculateurs comme « les meilleurs alliés des chômeurs européens » constitue un jugement excessif. Les spéculateurs voient d’abord leur intérêt, ils peuvent contribuer à débloquer des situations, mais sont peu crédibles pour engager le long terme tous éléments étudiés. S’agissant de la politique monétaire française (et des autres pays dans une situation comparable), AGLIETTA conseillait de rechercher une baisse des taux d’intérêt à long terme et d’éviter deux écueils :

  1. « Faire comme si le système n’avait pas changé et essayer de suivre le mark dans les mêmes conditions sans se donner des marges de manœuvres supplémentaires. On entretiendrait la récession sans éviter le risque de nouvelles crises » ; (aspect : « le système économique »). Il faut faire preuve d’imagination tout en assumant les contraintes de portée historique.

  2. « Se lancer dans des dévaluations compétitives ». (aspect : « éviter la guerre ») Il faut aussi tenir compte des leçons du passé. Les dévaluations compétitives des années 1918-1939 ont mené à la guerre. Les spéculateurs, qui jouent directement des titres contre des monnaies, au nom de la liquidité, sont des agents d’anticipations et d’interprétations des informations économiques ayant un impact sur court, moyen, long terme, mais par définition ne placent pas au-dessus de tout la stabilité monétaire des grandes monnaies, à laquelle ils peuvent contribuer seulement de façon ambiguë, et qui engage la paix, une condition de la prospérité économique.

07 Mai

Peut-on parler d'inflation scolaire en France ?

Dans une première partie, nous verrons que le terme « inflation scolaire » est habilement trouvé. En effet, des preuves de son existence dans la réalité, sont apportées par DURU-BELLAT, ou peuvent être apportées par ailleurs. D’ailleurs, on peut en analyser les causes et les conséquences, et proposer des remèdes, ce qui prouve la force d’explication du terme. Dans une seconde partie toutefois, nous verrons qu’on peut être encore plus subtil, car le vocable d’ « inflation » a une portée explicative limitée, si on ne précise pas le caractère « anticipé » ou « non anticipé » de cette inflation. Car enfin, même si le terme est vrai, son caractère d’explication systématique est limité par le fait que le système scolaire a bien d’autres problèmes plus importants.

06 Mai

Les FEMMES et le TRAVAIL en FRANCE de 1830 aux ANNES 1970

Dans une première partie, nous verrons comment la femme a longtemps été confinée dans la sphère privée, au travail domestique, ou même hors du travail dans la procréation, mais nous verrons aussi la rupture non volontaire, occasionnée par la Première Guerre Mondiale.

Dans la seconde partie, nous verrons comment les femmes ont pu se mettre au travail rémunéré sans pour abandonner pour autant le travail domestique, surtout depuis 1945, pour devenir enfin majoritaires à oc-cuper un travail rémunéré, depuis les années 1970.